mercredi 14 août 2013

L'accouchement serein d'Alison Legros



 Vendredi 06 janvier 2012

       J'ai eu mon dernier rendez vous gynécologique, et tous ceux que je voulais absolument faire avant accouchement : aquagym, chi qong, dentiste, et le dernier de prépa...
La gynéco a dit que le col était postérieur, à 1.. du coup je sais même pas si je peux mettre l'ovule pour nettoyer le vagin, dans le doute je ne l'utilise donc pas.. il faut dire que j'ai complètement oublié de lui demander...

Samedi 07 janvier 2012

        Je me retrouve seule pour le week-end, mon mari et ma fille sont partis direction Carcassonne pour ces 2 jours.. Grosse appréhension, j'avais dit à mon fils de ne surtout pas décider de sortir avant que tous mes rendez vous soit finis, donc jusqu'à hier ! Je sens que depuis 2 semaines ça se prépare, le grand jour arrive.. et mon mari s'en va, peut être l'accouchement se fera dans les heures qui suivent ! Donc, avant son départ, je lui demande une bénédiction (sait on jamais !)
L'après midi, j'ai acheté tout ce qui me manquait pour mon petit sac qui contient les indispensables pour le travail.. Ce soir j'ai un dîner chez ma soeur enceinte de quelques jours d'écarts, et avant d'y aller, j'imprime mes fiches et les mets dans mon sac. Elle passe me chercher, vu que je n'ai pas la voiture, et comme à son habitude, elle est en avance ! J'étais en train de faire mes huiles de massages pour l'accouchement, avec un peu de stress (mon mari n'est pas là, je sens pourtant que c'est pour très bientôt...) alors j'ai fait un cafouillage (pauvre couette...!) digne d'une débutante... c'est bon, tout est prêt !
A peine une demi heure arrivée, je sens des contractions que je gère à peine, elles font pas mal, mais sont rapprochées de 5 min ! J'appelle mon mari. Il part de chez ses parents, et moi je vais chez moi prendre mes affaires et direction chez mes parents en l'attendant... je vais sur mon ballon et hop ! Je stress... je suis pas prête, j'ai pas pris mon bain relaxant de la mort qui tue ! (oui, lumière aux bougies, musique douce... zen attitude !) Une heure après il arrive, je sens toujours les contractions, espacées de 5 minutes. J'appelle la maternité.. :
"Oui, c'est ma deuxième grossesse, mais mon premier accouchement par voix basse."
"le terme est pour quand ?"
"21 janvier.. en fait j'ai des contractions espacées de 5 min, c'est la première fois que je sens des contractions en fait vu qu'à mon premier accouchement je sentais rien et j'ai eu césarienne en urgence.. donc j'ai entendu dire qu'il fallait venir quand c'est 5 minutes..."
"vous avez mal ?"
"euh.. je sens les contractions, après j'ai à peine mal ..."
"en général les femmes qui appellent ne peuvent même plus parler tellement ça leur fait mal, c'est même leur homme qui appelle, mais bon.... si ça peut vous rassurer, vous pouvez venir.. on verra où vous en êtes..."
"J'ai eu rendez vous avec le docteur Céré hier justement, elle a dit que le col était à 1..."
"C'est comme vous voulez, je vous attend si vous pensez en avoir besoin.."
Et hop, une demi heure après (le temps de mettre mis un supo pour le lavement chez mes parents, au passage, c'est super ce truc ! haha !) dans la voiture... et je stress encore, car j'ai pas du tout fait tout ce que je voulais, mais pas du tout ! j'ai juste fait une prière avant de partir, la clé Usb ne marchait pas j'ai donc pris mon ordi (la misère !), j'ai pas fait le chi qong ni shiatsu.. pas de musique et mon bain !! Il me manque lui !!!
On arrive là bas... 10 minutes pour trouver où sont les sages femmes ! En fait il fallait sonner devant les portes battantes des salles d'accouchements... heureusement j'étais pas si pressée que ça...
La sage femme que j'ai eu au téléphone me reçoit, et me met dans une salle de pré-travail : la même que j'ai était pour ma fille ! Elle me met le monitoring, me prend mon dossier et m'ausculte : "ben vous n'êtes pas à 1, en fait c'est à peine la pulpe du doigt ! il faut dire que le docteur Céré est celle qui a les doigts les plus fins de tout le service ! En plus le col est postérieur..."
"donc c'est pas pour aujourd'hui !"
"on verra avec le monitoring..."
Elle sort, et moi au bout de 10 min, je sens péter un plomb ! Je me met donc assise direct ! Au bout de 20 min la sage femme revient, et là .. :
"Houlà, pourquoi vous êtes assise ?"
"ben j'ai mal en restant allongée..."
"oui mais vous voyez, le monitoring n'a pu enregistrer les contractions comme il faut, il va falloir refaire 45min, et allongée sur le dos !"
Au moins... elle me met donc 2 gros coussins sous le dos, et là j'ai enregistré l'info ... haha ! J'étais semi assise comme ça ! Mon mari s'est allongé par terre.. il faut dire qu'il est au moins 23h passés...
Elle revient, regarde le monito et me dit :
"bon ben, y'a rien qui montre que le travail se fait.."
"c'est pas pour ce soir alors !"
"non, a moins que ça se fasse d'un coup, mais je pense pas... peut être demain ou dans une semaine ! "
Du coup elle me donne un suppositoire, pour calmer la douleur des contractions qui ne font pas le travail.. Elle m'a dit que c'est fréquent de les sentir le dernier mois sans pour autant que ça soit les contractions de l'accouchement...
Je rentre donc chez moi, ma fille est restée chez mes parents pour la nuit du coup...

Fausse alerte, mais j'ai pu me préparer pour le jour J :

 - je sais où je vais aller direct pour voir les sages femmes
 - je sais comment feinter le monitoring, et ce qu'il ne faut surtout pas faire (s'asseoir directement !) au risque de refaire une heure de plus !
 - j'ai plus de temps pour mettre la main sur mon baladeur mp3

Lundi 09 janvier 2012 :

        Journée ménage, courses en prévision des jours où je serai pas là et de la semaine où mon mari sera présent et donc fera à manger...

"Tout est prêt mon chéri, ta maman est prête... maintenant tu peux sortir, quand tu voudra, la position que tu voudra, maman t'attend, maman est prête.."

Mardi 10 janvier 2012 :

07h du matin

       Une douleur au bas ventre me sort du lit, ce genre de douleur qui rappelle les règles, pourtant je suis enceinte !
Je vais aux toilettes... du sang sur le papier.. ma réaction :
"ça y est, je suis cuite ! c'est pour aujourd'hui... alors règle numéro 1 : je prend mon temps..."

         Je prépare ma fille, et ma mère vient l'amener à l'école.. (depuis le début du 8ème mois, c'est elle qui vient la chercher et me la ramène, plus la force d'y aller à pieds, les allers-retours me faisait une heure de marche !) Je ne lui dit rien, je lui en parlerai à midi quand elle me la ramènera, j'ai tout ce temps pour me relaxer au maximum... sans être contaminée par le stress des personnes autour de moi.
Je mange, et direction la salle de bain, pour une heure de cocooning de folie !
Bougies, bain chaud, musique relaxante d'une heure, pour n'avoir à compter que les contractions...


                  je me fais belle....
                      je savoure mon bain.... 

je savoure mes derniers instants dans l'eau avec mon bébé dans mon ventre...

       L'heure est passée, j'ai eu 5 min d'écart à peu près... là je sais que ça commence, je suis obligée de faire la respiration du dentifrice... je m'habille, et voici ma tenue de combat :
          - pantacourt noir style sarouel (oui, sans culotte, j'assume !), 
        - t-shirt noir avec pampille (sans soutif, j'assume aussi !)... j'ai pas de maillot de bain 2 pièces, alors j'appelle ma soeur pour passer chez elle chercher le haut (ben oui, le bas on en a pas besoin ! haha !)
"Quoi c'est pour aujourd'hui !!!?? Vilaine, t'auras accoucher avant moi !"
J'appelle mon mari, et lui dit que je le tiendrait au courant une fois le premier monitoring fait...
J'appelle mon beau frère pour qu'il m'amène à la maternité... et qu'il passe chez ma soeur chercher le maillot et me prendre vers 12h.
      Il me reste une heure avant d'y aller... je commence par une prière, les pensées positives, et au travail ! J'essaye le shiatsu pour faire descendre le bébé... ça m'a pas convenu, alors j'ai pas insisté...
Je saute sur le ballon et on y va ! Ronds , 8... j'ai pas mis de musique, je sors d'une heure, ça m'a un peu pris les oreilles, d'ailleurs je l'ai encore dans la tête !
Je me rend compte que je n'arriverai pas à faire le chi qong pour renouveler l'énergie, ça va me prendre trop de temps, et la respiration du dentifrice devient de plus en plus forte... tans pis, j'y avais été jeudi dernier, donc mon énergie est quand même bonne malgré tout...

11h45 :
J'ai descendu toute mes affaires dans le salon.. voyons ma fiche :
    - suppo : pas besoin, j'y suis allé 2 fois, mon corps a fait le lavement naturellement faut croire !
    - granules homéopathiques pour le début de travail : allez hop, dans la bouche !
    - granules homéopathiques pour le stress : pas besoin, je suis au taqué zen !!
Tout le reste c'est fait !
Allez, il me reste du temps, je lis mes écritures... toujours assise sur mon ballon ! Je ne chôme pas...

12h :

Mon beau frère arrive, en même temps que ma mère !
"Surprise maman ! Tu prend Léa pour la journée, je vais à la maternité.. je pense que j'ai perdu le bouchon muqueux, là c'est sûre c'est pour aujourd'hui ! "
J'enfile le maillot, fait une dernière vérification... Allez c'est parti !!!!!!

12h-12h20 : la voiture

       Je fais un peu de sophro, sans rien dire à mon beau frère qui à chaque respiration du tube de dentifrice me sors :
"ça va, ca va ???? t'as mal ???????"
Et avec un regard : c'est obligé que t'as mal !! et je peux rien faire !!!!!!! STRESSSSSSS !!
Bref... no comment... (si vous êtes un homme et que vous lisez cette page, par pitié, ne demandez jamais à une femme qui accouche si elle a mal, et surtout ne vous sentez pas obligé de prendre ce problème sur vous, c'est celui de la femme ! Donc ne stressez pas pour elle, cela ne fera qu'amplifier le sien de voir que votre regard est plein d'inquiétudes voir de peur.... Même si c'est la vôtre, le mieux à faire est de ne rien dire, si ce n'est : tu va y arriver, j'ai confiance en toi et au bébé aussi... )
Je suis fière de moi que malgré le fait d'avoir une personne limite angoissée à mes côtés, ça ne m'a pas contaminé et n'a en rien diminué ma zenittude... il faut dire que mon mental d'art martiaux joue beaucoup sur mes capacités de concentration... donc ce n'est pas que pour les hommes, non mais ! Je crois que rien que pour l'accouchement, chaque fille se doit de pratiquer un sport de combat ! Haha !

12h30-14h : arrivé à la maternité, premier monitoring

         Je sais où je dois me rendre, j'y vais direct sans stress vu que j'ai déjà été sur les lieux, donc je les connait parfaitement maintenant.. Une sage femme me reçoit et me met dans la salle d'auscultation : plus petite qu'une salle de pré-travail normale. Mon beau frère pose mes affaires à l'entrée et s'éclipse dans la salle d'attente.
Je me met sur la table, elle me met le monitoring et m'ausculte : "le col est centré, ouvert à 1..." c'est donc le tout début de travail ! Pas besoin de lui donner les papiers, samedi la sage femme les avait gardés.. le "problème" a régler c'est la carte de groupe sanguin, introuvable...elle me met un draps sur les jambes et hop, à dans 45 min ! (mais bien sûre...)
        Je prend le gros coussin que j'ai vu derrière moi et hop sous le haut du dos, déjà ça va mieux ! Et tout à coup, je réalise l'erreur fatale : mon portable et mon pc sont à l'autre bout de la pièce !!!! J'en ai pas pleuré mais presque.... Voilà, je vais me coltiner au moins une heure de monito, ça c'est sûre ! Le plus dérangeant pour moi étant le son...
Bon, au travail ! Bassin position neutre, genoux ramenés à moi, et je bouge mes pieds.. je ne fais que ça, tellement que le papier posé sur la table d'auscultation est en charpie ! J'en ai marre.. j'entends mon téléphone sonner, mais je peux pas le prendre ! (si je me lève, j'en aurai pour 1 heure de plus !) je prend donc le truc pour faire sonner la sage femme, et j'appuie.... rien... il s'allume pas et la lumière rouge à côté de la porte non plus... je ré-essaye.. pareil... OK, super...
Malgré ça, je suis plus zen que jamais, vu que c'est le tout début de travail, je me fais mes plans :  monitoring fini, je repart chez moi, je ne veux pas faire tout le pré-travail dans une salle pareil !
La sage femme revient, je lui dit que j'ai sonné et que visiblement ça ne marchait pas... Elle regarde.. "ha, mais c'était pas branché !" Je ne suis pas du genre à dire des grossièretés, mais j'imagine que là ça aurait été excusable... Je me rhabille et sort dans le couloir pour voir mon beau frère : "c'est bon, il est fini.. il est quelle heure ? " "ben 14h, je prend le boulot à 14h30..." verdict : le monitoring aura duré 1h30 !
La sage femme revient, elle me dit qu'il me faudrait marcher et revenir dans une heure. Je lui répond : "je rentre chez moi alors !" Elle m'a regardé comme si je venais d'une autre planète.... c'est si débile que ça ce que j'ai dis...? Bref, je maintient, elle répond :
"allez marcher pour accélérer le travail, mangez un peu et revenez pour voir si ça a avancé.. "
"ben sinon je peux rester là et avoir le ballon, ça marche pareil !"
"allez marchez plus tôt.." 
Déjà elle pose la couleur : le ballon, c'est niet visiblement...

14h-15h : je me promène dans Toulouse, et je vais accoucher à côté de vous monsieur, oui, vous là, qui demandez de l'argent !

J'appelle mon mari pour lui dire que le monito est fini, que c'est pas pour de suite, qu'il a le temps de finir sa journée de travail...
J'ai faim, la nourriture devient une obsession à ce stade ultime de la grossesse.. :
   - mon corps me dit : mange, pour avoir assez de forces pour tenir et surtout pour la poussée.
   - ma mémoire me dit : mange à t'en péter le ventre, sait on jamais qu'ils te mettent à la diet comme pour le premier accouchement.
(flash back 1er accouchement: le plateau "repas" : infusion, 2 biscottes avec beurre.... bon appétit !
Tout ça durant 24h...... no comment... je rêvais d'un macdo, mon mari n'osait pas le ramener à la maternité... Moi je dis faut pas se gêner ! J'ai eu l'impression d'être victime de torture, franchement.. )

      Euh, comment dire, les restos sont fermés, le macdo est à 1 kilomètre minimum... oh miracle, y'a une petite brasserie en face, elle a l'air ouverte ! 
Sauvée.. 
J'ai savouré le panini kebab et la part de gâteau au chocolat.. et le "tropico" ('quand c'est trop c'est tropico, coco !' ça me rappelle les rires de mon enfance, en voyant cette pub...), et oui, on en trouve plus de celui là !! Ha, un plaisir régressif.. très apprécié à ce moment critique !
Aujourd'hui c'est l'anniversaire de ma cousine, alors entre 2 respirations je l'appelle pour lui dire que peut être son petit cousin naîtra d'ici ce soir..
Je me suis posé 20 minutes maxi, rester sur une chaise devenait insupportable... pour mes fesses surtout !

Aller, c'est partit pour la marche.. j'ai décidé de faire le tour de la clinique, comme ça je suis sûre de pas me perdre.. je souffle, je souffle !! J'ai pas l'impression d'être à 5 min d'intervalles là, on dirait que ça c'est rapproché... 
Je passe devant un homme assis qui demande de l'argent, j'exagère mon souffle et tiens mon ventre.. il m'a rien demandé, c'est bizarre non ? hahahahaha !!! 
Là aussi, plaisir régressif, de faire semblant d'avoir mal ou d'être malade... je me marre toute seule en m'imaginant perdre les eaux si jamais il me dis "vous aurez pas une pièce ?" et voir sa tête 'au secours !! elle va poser son bébé à côté de moi !'
Je me suis imaginée ça car j'ai l'impression de perdre à peine quelques gouttes...
J'ai fais le tour 3 fois, j'en ai marre, je veux le ballon, alors je rentre à la maternité...

15h-16h : second monitoring

          La même sage femme me prend, toujours dans la même salle vu que j'y avais laissé toutes mes affaires. C'est parti pour le monitoring, cette fois je sors mon pc et mon téléphone portable, je les met sur la table pas loin... seconde erreur : une fois le monitoring posé, je me rend compte que je peux pas les prendre ! Respire Alison, respire..
Une infirmière vient me faire la prise de sang car je n'ai pas la carte de groupe sanguin, et au passage elle en prend aussi pour savoir où en sont les plaquettes et je ne sais plus quoi... malheureusement pour moi, elle laisse derrière elle une odeur de javel.. il faut dire que cette odeur me déplait fortement... et encore une fois, je maudis ma tête de linaute ou mes bras trop courts, ou simplement le fait que je sois toute seule... pour ne pas pouvoir prendre l'huile essentielle de camomille et la respirer à plein nez..
Toujours pareil, j'ai mis les gros coussins, je bouge mes pieds et bassin position neutre... il me semble avoir chanté, oui je me rappelle, mais pas trop fort non plus... on s'occupe comme on peut ! haha ! 
Là j'aurai aimé avoir la musique, plutôt que ce son de monitoring stressant.

        La sage femme arrive, regarde le monito.. "bon c'est des petites contractions, ça fait vraiment le tout début de travail..."
Elle m'ausculte : "vous êtes toujours à 1.. et demi" et puis elle réfléchi et me dit "vous vous sentez de rentrer chez vous ?"
J'étais dans un état d'esprit zen, j'aime ma vie et donc tout le monde, heureusement pour elle... j'ai seulement hauché la tête. Oui parce que souvenez vous, quand je le lui ai dit à la fin du premier monito, elle m'a limite fusillé du regard comme si j'étais d'une autre planète ... bref...
Et puis d'un coup elle sort :
"On dirait qu'il y a une petite fuite de la poche, je vais vérifier ça après on avisera de vous faire rentrer.."
Elle sort un long coton tige, j'ai pouffé de rire.. (oui, un rien me faisait rire..) et j'ai dis :
"ça va, c'est qu'on coton ti.. aaaaaïïÏeee !!!!!" souffle, souffle, soufffffllllleee ! 
"c'est rien, c'est rien, c'est juste un petit coton tige de rien du tout.."
"oui ben ça fait super mal oui !!"   ça m'a brûlé dans le vagin... même après que le coton tige n'y soit plus, ça me piquait horriblement...
"bon ben c'est clair, vous allez rester"
"c'est fissuré alors..?"
"oui, je vais vous mettre la perf à la main, et je vais voir si votre chambre est prête, comme ça vous pourrez y aller en attendant d'aller dans la salle d'accouchement"
"d'accord, mais il me faut le ballon !"
Elle me met la perf à la base de la main droite, côté intérieur du poignée... et voilà..
"euh... y'a moyen de cacher ça !..?"
"oui je vais vous mettre un truc, j'ai deviné en voyant votre tête !"
Un gros pansement et hop, MERCI ! 

Je regarde mon portable.. 1h de monito... ça va ! Moins pire que ce que je pensais !

16h00-16h20 : la femme au couloir

            J'attends dans le couloir, et là je décide d'accélérer le déclenchement naturel, hors de question de finir comme la première fois... je stimule donc un point d'accupressure : à la main gauche, entre le pouce et l'index.. direct je sens une contraction ! Je souffle, en stimulant sans cesse le point... je marche, je marche.. je souffle, je souffle, je regarde ma main gauche, un gros bleu se forme et ça me fait plus mal que les contractions.. je décide d'arrêter, je l'ai fais 15 min, je pense que c'est suffisant, mais j'avoue avoir sentie une différence depuis au niveau des contractions.
Envie d'aller faire la petite commition, et là une mauvaise surprise, très mauvaise.. uriner me brûle, pareil une infection urinaire !
"allez, même pour faire pipi faut que je souffle...."
          Merci monsieur le coton tige...

        Toujours à rigoler pour un rien, je vois un couple (dont la femme est enceinte, evidement) et une autre femme qui fait la visite guidée (elle était habillée normalement, donc pas l'air d'être de la clinique..), elle dit :
"voilà là c'est les portes pour l'accès aux salles d'accouchement... le couloir.. là c'est les salles de pré-travail.. bla bla bla.."
 La femme enceinte, l'air super stressée, l'homme l'air "qu'est ce que je fait ici" et la femme, elle a même pas montré une pièce incontournable : les toilettes !
Elle a même pas fait visiter une salle d'accouchement.. Bref, elle a même pas tout expliquer.
J'aurai fait mieux, et là une idée bizarre dans ma tête : la pauvre femme, s'il faut la "présentatrice" c'est sa doula (pour moi je voyais que ça), ben elle est même pas capable de rassurer la future maman sur les lieux où elle va accoucher, elle est mal barrée ! Elle a même pas expliqué le monitoring en montrant la salle de pré-travail, elle y a rien expliqué du tout même, encore moins la planque pour les grosses serviettes hygiéniques (incontournable, sisi) !! Elle a même pas montré les toilettes ! Scandaleux ! .....
Et là je me marre !!
On passe le temps comme on peut, n'est-ce pas...
La sage femme arrive, au bout de 20 min :
"votre chambre est prête, je vous aide à y mettre vos affaires" 

16h30-18h : moi, le ballon.. le début d'une grande aventure !

             Et là j'arrive dans la chambre.. waouw ! Une chambre rien que pour moi, sans personne d'autre à côté ! Merci la vie de salarié (souvenez vous, mon mari été artisan, pour le premier accouchement, chambre simple non remboursée par la mutuelle des artisans... j'avais donc pris chambre double..)
On y pose mes affaire, et je demande le ballon vu qu'il n'y était pas dans la chambre..
"je vais vous le chercher, j'arrive"
A peine le temps de mettre mes affaires dans la salle de bain, le ballon pointe le bout de son nez !!!




      Vision d'horreur : il est tout poussiéreux !
Allez hop, je le chevauche malgré sa couleur bleu (ben oui, vive le rose, ça aurait été assorti à mon maillot !) et la poussière qui le recouvre..


  je l'apprivoise...
                             

                   ...il me plait bien finalement !



         Je me rend compte qu'il faut que je me tienne, je m'avance près du lit ... et me tiens à la barre de fer qui le soutient...
J'appelle mon mari, pour lui dire qu'il vienne directement à la chambre 204, qu'il ne se presse pas pour sortir du travail, qu'il fasse comme d'habitude, le bébé ne va pas sortir de suite..

Je fais des cercles, pieds tournés vers l'extérieur, je souffle.... et je m'ennuie... j'attends mon mari pour qu'il me fasse rire, rire toute seule j'en ai un peu marre... je me rend compte que sa présence me manque, qu'au fond de moi je veux qu'il soit là...mais aussi que mon pantacourt est humide, à force de cette mini fuite de la poche et d'un peu de sang qui s'écoule.. je prend donc une grosse serviette hygiénique de la maternité, qui est dans le placard, je l'a met direct sur le pantacourt

17h30, mon mari est enfin là !!!
Je suis heureuse, finalement je pense que c'est une bonne chose qu'il soit présent, on verra la suite, s'il reste jusqu'au bout et si sa présence ne me gênera pas.. Déjà en le voyant, il a illuminé la pièce.. !

Mon mari fait l'inspection de la chambre : une grosse chauffeuse en simili cuir qui peu se transformer en lit une personne, le top !! Il était trop heureux ! "je vais pouvoir faire une bonne sieste quand j'en aurai besoin !"

Je lui explique ce qu'est la respiration que je pratique et pourquoi je met mes pieds de telle façon et bouge sur le ballon...

18h-19h30 : Vous avez vraiment le droit de manger ??

Voilà, je suis sur le ballon, à faire la respiration du tube de dentifrice...
Mon mari en profite pour tester la douche.. menuisier est un métier "salissant" à cause de la poussière de bois... en sortant il me dit :
"j'ai pas de rechanges.."
Ben c'était pas prévu non plus..

Le plateau repas arrive vers 18h30, la tête de la dame qui me l'amène, en voyant que j'étais encore enceinte :
"ha bon, ils vous laisse manger ?"
sympa..
"ben oui, heureusement, il me faut des forces !"
"ha..." avec une tête qui voulait dire : 'vraiment ils font du n'importe quoi'.. j'ai haluciné !!

Menu : potage, pain, yahourt, et un plat avec du poisson et des pâtes.

J'ai pris la moitié du potage.. à la deuxième bouchée de pâtes avec le poisson, j'ai cru vomir... le pain impossible, et le yahourt je l'ai mis dans le petit frigo direct.. (vive le luxe de cette chambre !)

Conclusion : mon corps n'a plus envie de manger, il est désormais concentré sur la sortie du bébé... heureusement que j'avais mangé à midi..

Mon mari a faim, normal... je lui dis d'aller chez mes parents, comme ça il expliquera à notre fille que le bébé sortira cette nuit, qu'elle dormira chez son papie et sa mamie.

19h00
 La dame reviens chercher le plateau.. :
"ha mais vous n'avez rien mangé ..!?"
"j'y arrive plus, j'ai cru vomir..."
Et là elle a un air 'désolé'

Mon mari part et dis :
"finalement j'aurai du attendre de prendre la douche à la maison du coup !"
Hahaha ! Désolée, c'est vrai que ça tombait sous le sens mais bon...

En attendant, on me laisse tranquille, pas de sage femme en vue ! Donc pas de monitoring, HOURA !!

19h15-20h30 : seule au monde

Me revoilà seule.. en général cela ne me pose aucuns problèmes, mais là ça devient pesant... et ennuyeux comme la pluie... je me rend compte à quel point la simple présence de mon mari est vitale pour mon accouchement, même s'il ne fait rien de spécial..

Je regarde mes fiches et fais les pensées positives suivies d'une prière.

Mon mari ne m'a pas dit à quelle heure il rentrera, mais je me doute bien que ce sera vers 21h, le temps de manger et coucher notre fille...

Je continu mon petit rythme de croisière, mouvements ballon et respiration du tube de dentifrice.. le temps est long.. toujours personne...

20h00:  Une sage femme arrive, toute souriante (elle vient donc de commencer sa journée de travail !)
Elle se présente (hélas je n'ai pas retenu son nom, ni même celui de toutes les autres !! pour mon premier accouchement je me souvient de tous, là non...)
Me demande où ça en est, si j'ai mal, si je veux la péri... bref on papote un peu...
Et puis elle me dit :
"On va faire un petit monitoring pour voir un peu où ça en est, et je vous ausculterai après"
je répond de suite : "allongée sur le dos ?"
"Oui.."
" parce que ça fait mal ...!" avec un air de chien battu, oui j'ai osé...
Elle n'a pas répondu, a fait un oui timide de la tête avec un air 'navrée'
Puis elle de dit :
"je repasserai vous le faire un peu plus tard, pour vous laisser un peu tranquille..."

Elle s'en va..
Et mon mari arrive !!!

20h30-21h30 : la voix de mon mari est la meilleure des musiques...

Voilà, sitôt arrivé sitôt sollicité : monsieur me met la musique d'une heure, pour voir où en sont mes contractions...

La musique dure une heure, c'est la même, en boucle donc....
mon mari : "ha mais c'est toujours pareil ?"
"Oui, désolée... c'est pour que je n'ai qu'à compter les contractions que j'ai pendant une heure, sans avoir besoin de regarder la montre, et calculer l'espace entre chacune... tu veux baisser le volume ?"
"Non non, te dérange pas pour moi"

Il dépli la chauffeuse et s'en fait un lit... il s'y installe, fait sa vie... il a même amener son ordinateur portable, et a réussi à se connecter au wifi... au passage il connecte le mien aussi (ce qui fait que dès mon accouchement, j'ai pu voir mes mail le jour même ! chose que je pensais improbable...)
Il ferme les volets roulants, met une lumière tamisée.. (en écrivant cette phrase, je me met à penser : on aurait du s'enfermer dans la salle de bain, un rapport sexuel vite fait et hop, la dilatation du col aurait été accéléré, c'est sûre !! Voire ça aurait rompu la poche des eaux... Pourquoi je n'y ai pas pensé, vraiment ??????? Ha mais oui, je ne l'avais pas écrit dans mes fiches mémo.. pourtant c'est la méthode italienne, tout le monde connait ou en a entendu parlé, non ? )

Je suis toujours à la respiration du tube de dentifrice, un peu plus soutenu...
La musique prend fin, j'en ai eu tellement ma dose que je n'en remet plus aucunes !
Et puis je n'en ai pas tans besoin, le son de la voix de mon mari me suffit amplement (j'ai l'impression de régresser comme pour un premier amour de jeunesse ! haha ! )
Je suis relaxée, confiante et sereine...

21h30-22h30 : LES chocs de taille

Une dame entre, je vois sur sa chemise "aide soignante", elle se présente et me dit qu'elle vient me mettre le monitoring car sa collègue la sage femme est très solicitée et ne pourra venir le mettre...
PARDON ???
J'étais sur mon ballon, mais je serai tombé sur les fesses comme on dit.. ! Parce que là je suis stupéfaite de ce que j'apprends : la sage femme est épaulé par une aide soignante.
ça tombe sous le sens, mais je ne l'ai jamais entendu ni vu... et encore moins qu'une aide soignante vous met le monitoring !

"Vous êtes bien là sur le ballon, on peut vous mettre assise sur le lit si vous voulez !"
Deuxième choc...
Pour information : souvenez vous, aucunes sages femmes ne voulait me mettre assise..

Elle m'installe... je me doute bien que ce monito sera long, si la sage femme est overbookée, elle viendra dans le meilleur des cas d'ici 1h30... en même temps j'ai réussi à feinter pour en avoir moins, et à repousser au maximum... et honnêtement, les contractions se gèrent à merveille, alors je vais faire la pénible..

On papote, et là elle me dit que l'on ne peut pas le mettre directement quand je suis au ballon, car le récepteur qui prend mes contractions ne fonctionne pas quand il y a du mouvement.. au moins ça a le mérite d'être clair : jamais je n'aurai le monito sur le ballon, contrairement à ce que me disait la sage femme de la prépa ..
Troisième choc...

Elle s'en va, et je me met en position pour le monito : bassin position neutre, genoux vers moi, et on bouge les pieds intérieur-extérieur... toujours la respiration du tube de dentifrice.
 Je dis à mon mari que normalement il doit durer 45 min
Au bout de 20 min, une envie d'uriner... juste horrible, je peux plus me retenir...système D : obligé de faire de suite sur le lit, si je me lève j'en aurai pour 1 heure de plus...
Je dis à mon mari de prendre 2 grosses serviettes hygiéniques dans le placard, et de me les donner, j'en peux plus ! La contraction finie, je fais sur les serviettes, où encore une fois il me faut souffler pour pas avoir mal, encore merci monsieur le coton-tige...

Au final, il aura été de 1h15.

La sage femme arrive très désolée, elle s'est excusée je ne sais combien de fois.. ça en devenait un peu gênant même..
"je suis désolée, j'étais en urgence... vraiment désolée.. ha mais je vois que ma collègue vous l'a mis, elle a bien fait, encore désolée..."
Elle fait sortir mon mari pour m'ausculter..
Je me voyais entendre : vous êtes à 6, c'est pour bientôt..

Elle me donne le verdict : "Vous êtes à 3.."

3........3.........3......3......3......................

Pitié !!! Ma parole c'est trop long !!!!!!!!!!!!! Moi qui me pensais en plein travail, je suis vraiment en pré-travail !!
Quatrième choc...

Bref.. elle laisse l'appareil de monito dans ma chambre et s'en va.
Je me remet sur le ballon, et commence à installer des coussins sur le lit, ainsi que de le surélever : comme ça je pourrai bien me reposer entre chaque contractions.
je regarde ma main gauche : le bleu n'est pas parti.. j'essaye quand même de stimuler le point, ça fait trop mal, j'arrête..
Je sors mes huiles de massage de mon vanity et je commence à les utiliser, un petit peu, il faut que ça me tienne toute la nuit, visiblement mon fils n'est pas pressé !
J'explique à mon mari les huiles que j'ai faites et leurs rôles...
Nuit blanche en perspective, génial pour accueillir bébé !

22h30-23h30 : un accouchement serein, ça se mérite visiblement...

Mon mari s'allonge sur son lit, histoire de somnoler... je commence à avoir un peu plus mal, surtout depuis que j'ai mis les huiles de massages... au bout de 3, 4 contractions, je me rend compte que la respiration du tube de dentifrice devient inefficace...
Je me laisse visualiser donc la vague qui représente la contraction. Je me rend compte que j'y arrive très bien, pas besoin donc de mettre la musique de vagues pour m'aider... la respiration doit être changée, j'essaye donc de sortir un son rond : incroyable ! ça marche trop bien ! Je n'ai pas mal, je maîtrise même l'intensité de la contraction...
Je laisse la vague monter devant moi en visualisation, mon corps lui sur le ballon descend mon bassin pour que le bébé descende dans le bassin, comme dans un toboggan.


Une fois la vague au sommet, 
je me vois plonger dedans pour en sortir, 
et ainsi sortir de la contraction !




Quelques secondes plus tard elle se termine..
J'ouvre les yeux, regarde mon mari, qui lui me regardait (avec au passage, une expression bizarre ! haha !)... et je lui dit :
"La respiration que je faisais ne suffisait plus, les contractions faisaient bien mal, en faisant ça a largement soulagé la douleur, j'halucine !"
Et là je m'affale sur les coussins ! Je me relaxe au maximum, pour gérer la contraction suivante...

Je la sens arriver, et là je me surprend à dire cette phrase : "j'accepte la douleur et je la maîtrise"
Et de suite après, visualisation de la vague...

J'ai fait ça pour chaque contractions, je devais être à la 5ème, et pendant la gestion de celle ci, j'entends la sage femme qui rentre dans la pièce, et donc qui me voit... je me disais : reste concentrée, fait comme si elle n'était pas là.. (vu que je débutais dans l'utilisation de cet outil, être regardée devenait un peu gênant, même quand mon mari était dans la pièce, j'ai pris sur moi pour le faire quand même...)

La contraction finie, j'ouvre les yeux et me tourne sur ma droite, et je la vois, avec un large sourire plein d'admiration (et là ça devenait encore plus gênant...) :
"J'ai la réponse à ma question !"
Je sourie 
"Je voulais savoir où ça en était, visiblement les contractions sont plus intenses !"
"Ha ça oui !"
"Vous avez fait une préparation en chant prénatal ?"
"Non, juste sophro, mais j'ai testé de sortir un son rond, et ça marche super bien"
"Oui, et quand la contraction monte, il devient aigüe pour ensuite devenir de plus en plus grave quand elle redescend ... mais beaucoup de femmes n'osent pas le faire."
Merci, elle m'a donné la technique de cette méthode : je ne faisais que sortir le son, sans variations, finalement il en faut... :
quand la contraction monte, on monte crescendo, le son est donc un timbre de voix  au dessus de la normale.
Une fois plongée dans la vague, faire le son de plus en plus grave, jusqu'à la fin de la contraction.

J'ai donc testé cette technique à la contraction suivante, la sage femme était encore là... verdict : encore plus efficace que de simplement sortir le son ! Incroyable !!!!

"Mais ça sens bon, on se croirait en vacances !"
"Ha oui, c'est mes huiles de massages...."
"Bon, je vois que vous maîtrisez bien les contractions, on va faire le monitoring.... " elle réfléchi....
"On peut même vous le faire sur le ballon, puisque la gestion des contractions est bonne, comme ça on ne prend que le coeur du bébé."

J'ai eu un sourire de soulagement jusqu'aux oreilles, mais j'étais stupéfaite aussi !

QUOI ????? alors ce serait donc ça ??? Il suffit :

- de sortir un son rond,
- d'être en mouvement sur le ballon,
- de pas avoir une tête d'agonisante,


 et on vous laisse tranquille pour le monitoring... 

Je suis à la fois heureuse et dégoutée... dégoûtée pour toutes les autres femmes qui n'ont pas eu cette chance, cette connaissance, car je n'en ai jamais entendu parler, ne l'ai jamais vu, cela relevait du surnaturel ou du mythe.... voilà la troisième raison du pourquoi j'ai fais ce blog, pour que vous qui êtes enceinte et qui avez des appréhensions, du stress sur l'accouchement, puissiez connaître la vérité, les moyens qu'il faut se donner pour avoir un accouchement serein dans une maternité.

J'ai appris qu'un accouchement serein dans une structure médicalisée se mérite, et dans ce sens ça me dégoûte, parce que pour moi c'est un droit inhérent à chaque femme..

Elle me met donc le récepteur, et en avant la musique... Puis elle fait quelque chose que je ne soupçonnait pas : elle baisse le volume !!!!!
HA BON !!???? C'est possible ça aussi ???????????? Ma parole, je suis dans une autre dimention !!!!



Mercredi 11 janvier :

00h00-03h00 : le chant des sirènes...

Mon mari s'endort, et moi je continu mon train de vie...
Quand il a eu fini sa sieste, je lui demande si mon chant ne le dérange pas, sa réponse :

"Au début un peu, mais après ça berce !! ça faisait bizarre au début aussi, on se croirait à la mosquée.. après on s'y habitue .. "

Hahaha !! Ce moment aurait été drôlement ennuyeux sans lui..

Je lui explique les effets de ce chant et le travail de visualisation que je fais en même temps..
"mais il faut pas arrêter la contraction alors, sinon elle fait pas son travail, faut qu'elle ouvre le col !"
"mais elle le fait son travail, dès qu'elle arrive à son sommet, le col s'ouvre, j'ai pas besoin de la laisser durer plus longtemps après..."

On décide donc de faire l'expérience :

Je ne fais que sortir le son, sans visualisation, sans maîtriser la contraction, juste en soulageant la douleur...

Attention, chronomètre en main... la contraction arrive... 3...2...1... partez !!

Je sors le son 'O' en fermant les yeux, et je chante, je chante... c'est long... la contraction stagne.. elle descend doucement et fini au ralenti..
ça y est, elle est ENFIN terminée...

Devinez combien de temps elle a duré.......................................................................
.........................................................................................................................................
.................................................................................................................................................
 1 minute et 50 secondes

On a haluciné !! J'ai alors compassion pour les femmes qui vivent ça, sans savoir comment apprivoiser la contraction, et encore moins soulager la douleur... et qui forcément appréhendent la venue de la suivante !
Parce que oui, la suivante est arrivée très vite, 20 secondes après, donc vraiment pas le temps de récupérer entre les contractions !

Il a donc continué son chronométrage, voici les résultats :

durée d'une contraction maîtrisée 
: 50 secondes
durée entre chaque contraction : 1 minute

Tout le temps, comme une horloge...

J'ai été plus que ravie de ce moment, je l'avais visualisé en sophro, vous savez, le seul moment où j'ai vu mon mari à mes côtés, ben il faisait ça et me disait " tu gère trop bien"....
En réalité il ne me l'a pas dit (ce jour là du moins..) mais l'avais dit à ses proches qui l'appelait pour savoir où ça en était...
Cette expérience était exactement ce que j'avais besoin, et ça m'a donné une grande admiration pour mon mari, qui faisait exactement ce que je voulais sans que je le lui demande... 'que va t'il me réserver par la suite ...? il va vraiment m'apporter quelque chose d'extraordinaire durant mon accouchement ..?'

Je continue mon travail, en me massant le bas ventre surtout... ça sens tellement bon, une réelle découverte parfumée pour moi.. je ne pensais pas autans aimer le parfum de la rose, une envie de partir sur la plage, je m'y croyais vraiment... tellement que je cherche mon monoï.. 'ah oui, je n'en ai pas pris...' un petit pincement au coeur : cela aurait été la cerise sur le gâteau..



     Je me vois m'en mettre sur les bras, respirer ma peau embellie par ce doux parfum des îles et qui amène à rêver d'un sable chaud sous les pieds et d'une eau claire et turquoise jouant avec les jambes.....
           ha...... 
une contraction arrive... 

oui du coup c'est plus le même rêve là !



Je gére donc la contraction, et une fois terminée...






 je tombe sur les coussins 


... et je m'endors ! 



Le réveil fut brutal... très violent.. la vague de la contraction m'a percutée de plein fouet, pas le temps de la maîtriser, juste de la prendre telle quelle et de soulager la douleur tans bien que mal, pas évident de la faire finir comme je le voudrai.... ça fait très mal..

"Je me suis endormie..."
"ha mais c'est bien, tu t'es reposé..."
"non c'est pas bien, je ne suis plus concentrée quand je dors, du coup je me suis prise la contraction de plein fouet, ingérable.. ça m'a fait trop mal.."

L'aide soignante reviens, pour voir où en est le monitoring :
"ha, elle vous l'a laissé sur le ballon ! " avec un grand sourire... 'pourquoi c'est pas elle qui aide à accoucher, elle s'y connait mieux visiblement !'
"Ho mais regardez, il fait la sieste !"
"ha bon ??? "
"Oui, il est à 126... ha mais oui, c'est bien un rythme de sieste, c'est constant, regardez !"
Elle me montre la feuille.. effectivement !
Incroyable, en calculant le temps, on voit que j'avais une contraction, monsieur dormait ! Comment il fait, moi la contraction me réveille !
Bref, le coeur du bébé va à merveille, elle s'en va...


J'ai dû demander l'heure à mon mari, et là... un autre chant fait son entrée sur la scène...
J'ai sommeil, j'en peux plus de veiller, ça fait plus de 17 heures que je n'ai pas dormi, mon corps commence vraiment à être fatigué...
Le chant de la sirène incertitude s'installe.... "tu n'y arrivera pas... c'est trop long et tu n'es pas endurante, tu le sais bien"
Mais le pire chant fut celui de cette sirène .. : " fais la péridurale..... tu pourra enfin dormir avec.... tu en as marre de faire ce travail de visualisation et de chant, tu le sais bien.... fais la péridurale et tout ça sera fini, tu as assez travaillé... reposes toi maintenant !" Oui, c'est la sirène paresse, la flemme de travailler dur pour la naissance de son bébé...

J'ai lutté... mais plus la force.... ces chants résonnaient dans ma tête, une réelle tentation... presque un supplice... Les contractions s'enchaînent, et ma seule volonté ne suffit pas, je me vois en train de dormir après la péri... je succombe déjà en pensée... je suis foutue !

Je regarde mon mari, qui dors.... ou somnole, je sais plus trop.
"Après ma contraction, tu voudrai bien me donner une bénédiction, parce que là j'ai plus de forces...?"
"... Oui... d'accord.." Il s'étire.
"Désolée de te réveiller.."
"Pas grave..."

La contraction finie, il arrive vite, me fais l'onction et pose ses mains sur ma tête....
Un instant indescriptible, avec beaucoup de courage et de vaillance donnée à travers ses mains. Les mots pénétrant mon coeur, et chassant ces pensées pour laisser place à des encouragements...
Voici deux phrases que je partage avec vous, les autres je les gardes rien que pour moi..."continue d'utiliser ces outils... je te bénis pour que tu ai de la force pour mener à bien ce travail..."
Oui, Dieu vit, et il me fait savoir que ces outils que j'utilise sont bons, et qu'ils sont nécessaires pour avoir un accouchement dans les règles de l'art... il m'aide en me donnant de la force, la sienne. Je sais qu'il m'aime et qu'il me soutient, il n'y a rien de plus beau au monde que d'avoir l'aide divine, surtout dans un moment pareil.
Un des sentiments que j'ai depuis le début de la grossesse concernant l'accouchement, c'est de savoir comment faisait Eve, la première femme a avoir enfantée... je pense n'être pas loin de ce qu'elle a fait, du moins en utilisant ces outils et en faisant appel à la prêtrise.

Oui, voici une des raisons pour lesquelles mon mari accompli un travail merveilleux et est une présence indispensable durant ce moment : il détient la prêtrise, et a pût me donner une bénédiction...
Mon admiration pour lui grimpe encore plus dans mon coeur, et mon esprit est encore plus édifié...

Je n'ai plus cette irrésistible envie de succomber à la péridurale, ma confiance en mes capacités est revenue, et mon obstination à continuer jusqu'au bout ne faiblie plus..


Alison la guerrière is back, 

tremblez pauvres sirènes !

 


03h00-05H00 : on est bien ici...






Je décide de faire la sophro : le message dans la grotte
dès la fin de la contraction, je me met en demi someil, en 10 secondes chrono.. je rentre dans la grotte facilement vu que j'avais laissé la porte à peine entre-ouverte. je cours au mur : je lis ce qui est écrit, et je décole le texte (comme on tire une feuille d'un calpin). je le pli en plusieurs fois et le met dans ma poche... la grotte se met à trembler, des pierres tombent... je cours vers la sortie et sors de mon demi sommeil...
La contraction arrive aussi, juste le temps de dire ma pensée positive et hop, la vague arrive sur moi !
Je suis fière de moi, j'ai réussi mon challenge...


La sage femme arrive..
"Bon, on va vous ausculter un peu quand même ! pour voir où ça en est..."
Mon mari sort...
"Alors, vous êtes à 5.. on pourrai vous amener en salle d'accouchement, vous en pensez quoi ?"
"Pourquoi pas !"
Allez hop, vite vite tans que je n'ai pas de contraction !! ça fait bizarre de marcher, tellement habituée à chevaucher mon ballon...
"Vous voulez que votre mari soit présent ?"
"Oui, mais bon il a du aller se promener, il trouvera bien où je suis, il sonnera !"
on arrive donc devant les portes des salles et on rentre !
première à droite.. une petite salle avec un lit 1 place, bref, vision d'horreur pour un accouchement naturel, surtout dans cette clinique qui possède de magnifiques salles nature...
"Vous voulez pas mettre vos chaussures ?"
"Ha non, pieds nus ça me va très bien !"
Elle me présente à sa collègue en disant :
"Voilà je t'amène cette femme qui a un accouchement très zen, en plus elle sens les vacances !"


J'étais là, pieds nus, mon pantacourt noir et mon haut de maillot de bain à fleur roses avec des perles sur les bretelles, une tresse qui depuis le temps ne ressemblais plus trop à ça, mon vanity fushia dans la main droite, et un sourire de shootée (enfin c'est l'impression que j'avais, il faut dire la fatigue donne le même effet !)

Le nouvelle sage femme me regarde et direct me lance :
"Vous voulez la péridurale ?"


Après le chant des sirène, voici le cri de la poissonnière... Il en faut du courage dans ce monde pour oser accoucher naturellement quand tout va bien.

"Non merci, pour l'instant je gère très bien."
"Bon ben si vous n'en voulez pas, c'est pas obligé de venir de suite, il n'y a que cette salle de libre, et elle est vraiment faite que pour la péri donc bon, ce serait dommage que vous fassiez le travail ici, surtout que vous êtes pas sur le point d'accoucher de suite.."

Bon ben, retour dans ma chambre ! Tiens, un mari qui arrive dans le couloir ...
Je me remet sur le ballon, et je lui raconte le périple... sourire aux lèvres, je préfère largement être ici que là bas.. sauvée ! Finalement, on est bien ici.. j'ai l'impression d'avoir comme un accouchement à domicile.
Je lui dis que je suis à 5, que normalement dans 5 heures c'est sûre, notre fils sera sorti !

Je continu mon effort, en buvant un peu d'eau... la faim ne se fait pas ressentir... mon coup de fatigue est passé, je suis une vrai pile !! Je me dis qu'il me reste 5 heures, les dernières, j'ai donc fais la moitié du chemin vers la rencontre avec mon fils, allez courage !!
Mon mari se rendors, et moi je le berce toujours avec mon chant de "mosquée"... j'avoue avoir envie qu'il me filme, juste pendant une contraction pour voir ce que ça donne, mais je n'ose pas lui demander... en même temps, je n'ose pas voir ma tête qui ne doit être pas si jolie à voir... haha ! Je profite de cette pensée pour me recoiffer....
Je prépare les affaires de mon fils, je les met sur le cocon dans lequel il sera mis dans son berceau, je veux que ce soit ces premiers vêtements portés.. voilà, tous les détails sont prêts, mon mari saura quoi amener quand mon fils sera parmi nous..

Je me lève pour aller aux toilettes... et oui, je souffle encore, j'ai vraiment la totale au niveau souffle !
Et là, surprise !! Mon ventre !!!!! Il est tellement bas, mon fils est descendu !
Je le dis à mon mari :
"Regarde, il est descendu !!!!!! " Avec un sourire d'hystérique !! (souvenez vous, pour mon premier accouchement, ma fille remontait au lieu de descendre, alors ça a fini en césarienne... d'où mon hystérie : il descend, alors je n'aurais pas cette fin !)
"Ha oui, il est bien bas .. "

La sage femme rentre, pour me mettre le monito, puis repart, vu que tout va bien...

Après une contraction, je vois le coeur de mon fils s'emballer, je pose de suite ma main sur mon ventre et lui dis : "ça y est, c'est fini, calme toi.... voilà, calme toi..." je respire profondément en même temps... son coeur est passé de 156 à 135 en quelques secondes !
Je le dis à mon mari, et lui explique la fourchette : 120-140...

Les minutes défilent à la fois vite et j'ai l'impression que le temps se fige...


La sage femme arrive...
"Allez, vous pouvez venir, une salle s'est libérée"
Je prend mon vanity, mon mari me suit avec mon ballon..... on sort de la chambre, la porte se ferme.

05h00-08h00 : En salle d'accouchement...


Elle nous conduit donc dans le couloir, on passe les portes battantes et bienvenue dans le couloir de la mort (je n'avais pas pû m'empêcher de le penser.... hahahaha !)
'j'ai hâte de voir la nouvelle déco de ces salles !!!'
et nous y voilà.. j'ai étais juste surprise... :
"Cela valait le coup d'attendre, vous avez la salle la plus grande !"



En effet, pour avoir de l'espace !!
J'étais contente, mais j'avoue avoir un pincement au coeur pour l'ancienne déco, qui avait des fresques de nature sur les murs.. mais bon, on arrête pas le progrès !

Elle nous laisse prendre place et découvrir les lieux, en nous faisant découvrir le coin toilette et douche à l'entrée de la chambre : immense aussi...

Dès mon arrivée dans cette salle elle me donne des médicaments, antibiotiques apparement
"parce que votre poche est fissurée depuis plus de 12h maintenant..."
"j'ai pas le souvenir d'en avoir eu pour mon premier accouchement qui s'est fini en césarienne.."
"ha bon, pourtant c'est la procédure... peut être ils vous l'ont mis dans les perfs !"
ha oui, en effet, ce devait être ça.. j'ai voulu feinter, ne pas les avaler et pretexter une envie pressante pour les recracher, mais l'autre sage femme dit :
"ha bon c'est que 2 que tu lui donne... moi je donne 4 d'un coup pour la première prise "
"Mais il me semble bien que c'est deux et ensuite les 2 autres plus tard.."
"ha bon.."
Bref !!!!! hahaha !! Très rassurant ce dialogue !!!! Je fais quoi alors ?? Ben vu qu'ils vont m'en donner d'autres, imaginons que j'ai une perf.. si je prend pas la première fois, ça peut être grave par la suite..? Dans le doute, j'avale donc les gélules...


Je me met à gauche du lit (par rapport à la photo), à côté du monitoring, sur mon ballon.. mon mari s'allonge à terre derrière..
"finalement c'était mieux ta chambre, au moins j'avais un lit"
"ben va sur celui là, je m'en sert pas encore !!"
"ben je sais pas si je peux..."
Il osait pas, et ça se comprend !

    L'autre sage femme (celle qui maintenant s'occupe de moi, l'autre je ne l'ai plus jamais revue) :
"Vous avez eu raison d'attendre, cette salle vient juste de se libérer ! C'est la plus grande du service.... Là vous avez une chaine hifi pour mettre de la musique (à droite du lit, après la chaise, le truc noir sur le mur), et vous avez la télé juste là (en face du lit, écran plat très grand sur le mur).."

Honnêtement là j'ai été gênée... des questions se bousculent dans ma tête, et je me sens mal à l'aise.. pourquoi tans d'espace, tans de trucs sofistiqués, sachant que la télé on s'en fou quand on accouche ! Pourquoi elle m'a pas expliqué la chaise en face au lieu d'insister sur le fait qu'on peut mettre de la musique si on a un cd ? Pourquoi tans d'argent jeté par la fenêtre dans cette salle, et la "mini" salle d'eau !! (j'aurai pris une photo vous verriez ce que je veux dire, là aussi on pouvais y rentrer à 10 dans ces "toilettes" et à 5 dans la douche !!)
Je ne me sentais pas à ma place, tout ça ne me correspondais plus, vraiment plus du tout...

Une fois partie, je me tourne vers mon mari, qui visiblement pense pareil on en parle et ma supposition est vrai, il comprend pas non plus pourquoi tans de choses inutiles.... la télé l'a perturbée aussi... (on est pas anti-télé, mais il comprend pas pourquoi elle est là !)

Elle reviens pour m'ausculter, mon mari sort..
"vous êtes à 6..."
Elle me met le monito comme avant, je suis sur mon ballon..
Mon mari rentre..
Je lui demande comment régler le lit.. et là je fais mon travail...
La contraction finie elle me regarde, un peu comme si ce que je faisais relève du surnaturel.. :
" vous avez fait une préparation spéciale ?"
"NON... (un peu blazée de ces sages femmes qui ont jamais vu de femmes accoucher comme ça visiblement dans cette clinique... et qui ne les encourage pas à le faire non plus apparement...) j'ai juste fais une prépa classique avec un peu de sophro.."
"Ha... c'était qui la sage femme ?"
"à Portet, Noëlle Camus.."
"ha, je connais pas..."
j'ai failli pouffer de rire ... 'ha bon, y'a des sages femmes superstars dans le coin ? ' Alison, soit gentille... non je ne lui ai pas répondu ça, j'ai rien répondu d'ailleurs...

Bref, elle voit que je maîtrise, que j'ai pas mal, alors elle reste un peu, normal, pour voir où j'en suis, redemande si je veux la péri....
"non merci, j'y arrive bien alors bon..."
"oui, mais je vous demande parce qu'après il arrive un moment où ce sera trop tard.."
"oui je comprend, mais là j'en veux pas..."
 " bon, ben, si jamais vous avez besoin vous sonnez !"
"d'accord..."
Elle me regarde et s'en va.. un peu blazée de rien pouvoir faire !
Carrément même et là encore j'ai senti que c'était plus ma place un accouchement en maternité... la sage femme se sent inutile quand la patiente gère son travail très bien toute seule... ça m'intéresse pas de revoir ça si j'ai un troisième accouchement.. elle m'a fait un peu de pitié, vraiment.

Mon mari s'allonge sur le lit, il avait eu son autorisation quand elle l'a vu s'allonger par terre, et vu que moi le lit j'y vais pas dessus !
"alors ce lit, il est comment ?"
"ha, ça va ! on peut régler la tête en plus !" avec un grand sourire.... comment rendre un homme heureux.. hahaha !

J'ouvre mon vanity, regarde mes fiches... je fais ma prière, dis mes phrases de pensées positives...

L'heure passe.. la sage femme revient... je sortais d'un contraction ratée, car je venais de m'endormir juste avant... je lui dis, elle répond :
"Ha mais c'est très bien, au moins vous êtes très détendue"
"Oui, mais le problème c'est pour la contraction qui arrive, comme je ne suis plus concentrée, ben j'ai du mal à m'y remettre, et ça me réveille brutalement !"

Auscultation.... et là j'arrive pas à me lever pour sortir du ballon !!! Mon mari m'aide avec elle : chacun d'un coté !
"On dirait une vieille !!!" et je me marre.... la fatigue ça aide pas....
mon mari sort..
"Vous êtes à 7.. la poche des eaux est très tendue, dommage qu'elle se rompe pas là, ça empêche le bébé de sortir, il se cogne dessus et ça l'empêche de descendre dans le bassin... il faudrait la percer..."
Je me remet sur le ballon, on papote... elle me redemande pour la péri..
"Je me sens de le faire sans !"
"Oui oui, je vois bien que vous en êtes capable !"
"En même temps, j'avoue ne pas penser arriver jusque là... ! Je suis contente de moi ! (et y'a de quoi..)"
Elle me remet le monito et nous laisse...

Je le dis à mon mari... :
"Ce serait mieux que ça se perce naturellement.."
Ok, pour une fois je décide d'écouter le conseil de mon mari, le perçage de la poche se sera niet madame ! hahaha....

J'ai une contraction, que je maîtrise mal... j'ai foiré la descente.. bref, le cafouillage... c'est la troisième ratée, en tout ce temps je me dis que j'ai un bon ratio !
J'ai faim, je m'enfille une pom'pot et une barre énergétique... je bois quelques gorgées et hop, contraction ! Le timing, on plaisante pas avec....
L'envie de dormir revient... je me met deux claques et me pshit le visage avec le brumisateur ! Moi je dis, ça fait partir l'envie de dormir !!



  Le coeur de mon fils faibli, alors je visualise l'instant de sophro à la dernière poussée, quand on me pose mon fils sur mon ventre, je pose ma main sur mon ventre et lui dit : 
"Tiens bon, regarde pourquoi on fait tout ça, tiens bon mon fils !!!" 
Ses battements remontent, et mon moral aussi ! Bien que je sache pourquoi on est là et pourquoi je me donne la peine de faire tout ça, cette visualisation m'aide aussi, et du courage parcours mon corps !


Je me masse toujours le bas ventre, là je fais un peu le dos, ça tire à peine...
Je demande à mon mari de venir m'aider, il arrive dans la seconde..:
"Voilà, pendant la contraction, il faut que tu stimule ces trous : je prend ses doigts et lui montre l'endroit en les posant dessus. Tu appuis très fort dessus, le but c'est de créer une contre douleur, alors tu y va franchement... tiens, tu met de l'huile de massage juste avant sur tes doits...allez on essaye.."
Stimulation des sacrés entre les contractions, pour vérifier qu'il trouve bien les points... ça marche, il y arrive !

La contraction arrive, travail d'équipe !
Je fais ma visualisation et mon chant, lui stimule les points... ça me fait mal, très mal.... ça m'apporte pas de soulagement, ça me brouille même ma routine... le verdict tombe vite : cette méthode me correspond pas !
Contraction finie...
"merci, finalement je la refais pas, ça soulage pas la douleur de la contraction, ça m'en rajoute une autre que j'arrive pas à gérer, c'est pas la peine..."

Pourtant qu'est ce que j'ai aimé son aide, son contact... ces quelques secondes m'ont rapprochées de lui, ça m'a fait un bien fou... du baume au coeur, y'a pas d'autres mots !




Je sens mon fils bouger pendant une contraction, c'est vraiment fort, une autre douleur viens s'ajouter à celle de la contraction... du coup celle ci est plus longue... je sens la sage femme à ma droite.
La contraction finie, au lieu de souffler en touchant mon ventre, c'est le bas du dos, ça me tiraille..
"Oula , elle était corsée celle là ..." toujours avec le sourire, c'est fou ça...
"ça vous fais mal au dos ?"
"ça commence à peine... par contre je sens mon fils bouger, on dirait qu'il descend même... "
"Ha mais faut pas l'empêcher hein ! Bon, cette poche des eaux est toujours pas rompue ?"
"Non... j'ai envie d'aller aux toilettes..."
Olala... se lever du ballon devient mission impossible !
pareil, les deux m'aides...
"là, j'ai l'impression de ressembler à un playmobile..."
"Ha !! je sens que ça coule !" aux toilettes viiiiiiite !!
Fausse joie, c'est pas les eaux, ou alors c'est un filet très fins, quelques gouttes.... je dois encore souffler, cette douleur par un si petit coton tige, c'est fou quand même....

La sage femme et mon mari m'aident à aller sur le lit et elle m'ausculte...
"ha, vous êtes à 8..." Et splaf !!!!!! les eaux !!!
"ha.... ça fait du bien.... moi qui voulait un bain, c'est tout comme...." j'ai savouré l'eau chaude sur mes cuisses.... La sage femme souriait..
"Et voilà, au moins ça c'est fait ! Bon, on va pousser, il temps qu'il sorte ce bébé, ça a assez duré !"
Je me met sur le côté gauche, elle fixe les étrier... mon mari prend la chaise verte et se met à l'extrémité du lit, face à moi...
Elle pose la jambe sur l'étrier, me dit de la tenir et de pousser.. allez, on essaye...
Je pousse et je souffle l'air en même temps.... euh.. ça marche pas...
"il faut bloquer la respiration en fait"
"ha oui....... (tête de linaute va ! il faut dire, à force de souffler, j'ai fait pareil ! hahaha....)"
Allez, on y retourne : je décide de faire le 4-27-30 deux fois.. j'inspire 4 secondes, je bloque jusqu'à 27 et après je souffle l'air jusqu'à 30.
Dès que j'ai bloqué l'air et commence à pousser, une douleur au haut du ventre arrive brutalement, ça m'a complètement destabilisée, j'essaye de continuer à pousser mais du coup j'y arrive moins, et là je sens la sage femme mettre ses doigts à l'entrés de mon vagin et faire je sais pas quoi...
"aïe aïe......."
"vous occupez pas de ce que je fais, continuez de pousser..."
Facile à dire, non mais... allez je me concentre...
Je prend la main de mon mari, il a la tête contre le lit (vaus mieux pas regarder, t'as bien raison..)
Je refais, ça fait mal, impossible de gérer la douleur, il faut la subir... je pousse... j'essaye de passer au dessus de la douleur que la sage femme m'inflige, sachant que c'est pire que la barre au dessus du ventre... je sens rien bouger..
"On dirait qu'il s'est pas bien tourné.... Il faut pousser, vous sentez que vous avez envie de pousser ? "
je fais non de la tête, en même temps je sais pas de quoi elle me parle !!
"ça vous donne comme envie d'aller à la selle.."
"ha d'accord... ben j'ai pas envie alors..."
"Ok, on va attendre un peu.. on essaye sur le dos ?"
Allez hop, on change... mon mari se met derrière moi, debout derrière le lit.... la sage femme m'aide à mettre mes jambes sur les étriers. Et là je vois la chaise bizarre, j'en avait entendu parler, soit disant on accouche dessus... l'idée m'a légèrement effleurée "essaye..." mon cortex a de suite répondu : on verra...
Honnêtement je sais même pas si j'ai mis mon bassin en position neutre, je pense vu que j'ai pris l'habitude de le faire systématiquement... par contre j'essayais de mettre mes pieds en position chasse neige..
"je crois que j'ai envie..." une vrai novice, et oui !!!
"allez poussez !!"
Je prend la respiration, je bloque, et je pousse comme une tarée, tans pis pour la douleur !!! J'y vais, j'y suis !!!?????? en poussant mon buste décole un peu du lit, et une fois que j'ai fini de compter jusqu'à 27, mon souffle sort et je retombe sur le lit comme une masse.. et là un truc incroyable se produit... :
            Mon mari, qui était derrière, se met à me masser les épaules et le haut des bras... mes sentiments quand il m'a fait ça sont indescriptibles.... je ne savais même pas à quel point j'aurai eu besoin de ce contact qui est loin d'être anodin pour moi ! Il est très symbolique, à travers ce geste, mon mari m'a encore prouvé qu'il est l'homme de la situation, le mien !! l'homme de ma vie ! je retombe amoureuse de lui à cet instant ! Parce que masser les épaules ne vous fera rien peut être même ça vous gênera, pour moi c'est le geste ultime qu'un coach fait à son boxeur pour le remotiver, lui montrer qu'il croit en lui, qu'il est capable de le gagner ce round ! Pendant le peu de secondes de récupération, ce seul geste vaut mieux que tous les mots...
"allez on pousse encore !!"
J'y vais, avec plus de force....
"ça avance pas trop..."
 Elle a été gentille de dire ça, j'ai de suite senti que ça avançait pas du tout !!!

"Peut être vous pouvez essayer à genoux avec le ballon.."
"d'accord..."
J'étais donc sur le lit, à genoux, m'accrochant au ballon... et là je sens que mes jambes n'en peuvent plus, je n'ai vraiment plus de forces dedans... je m'agrippe réellement au ballon, cette position est presque un supplice... Mon cortex intervient : "concernant la décision d'user de la chaise bizaroïde, le verdict est sans appel : hors de question. Gente dame, bonne continuation."
J'en profite pour essayer la poussée par l'expire, la sage femme laisse mon vagin tranquille dans cette position, une douleur en moins ! Allez j'y vais.... ça marche pas non plus... seconde intervention de monsieur Cortex : "il semblerai que tu sois foutu, courage, fuillons !"

Une fois ma tentative finie, elle me dit :
"votre contraction est passée ?"
Visiblement elle connait pas la poussée par l'expire ????? j'ai même pas eu la force de lui expliquer ce que j'avais fait... et en plus j'ai même pas eu de contraction, d'ailleurs j'en ai pas eu une seule depuis que la poche des eaux est rompue !

Je me remet sur le côté, totalement anéantie... 'la poussée par l'expire marche pas... ma parole... l'autre non plus, elle fait plus mal en plus... '
La sage femme coupe court à ces idée déprimantes :
"écoutez, il faut faudrait la péri, ça vous aiderait, et puis si jamais vous y arrivez pas, on utilisera les forceps, vous sentirez rien puisque vous aurez la péri..."
Et le bébé alors ?? je lui ai pas dis, mais c'est ce que j'ai pensé... la douleur je m'en fiche, je veux pas que mon bébé ai mal... hors de question pour ces forceps... ce qu'il me manque, c'est un dopant naturel... la chose à laquelle je n'ai pas pensé de prévoir, ce qu'il me manque c'est de la force, je suis trop fatiguée pour pousser efficacement, voilà le problème... la douleur je m'y suis habituée maintenant, mais je me sens vidée de toute énergie....
"par contre, il faudra vous la faire de suite, s'il voit que vous êtes fatiguée il vous la fera pas.."
elle s'en va, pour chercher l'anesthésite...

Je regarde mon mari, blazée..
"je vais faire la péri, j'ai plus de forces pour pousser.. je suis dèg.."
"pourquoi ?"
"parce que c'est pas naturel la péri.. !!!"
"pas grave !"
Une fois de plus, je décide de tenir compte de son avis, oui c'est pas grave, il vaut mieux ça que les forceps !! Je me fais une raison.... je pèse le pour et le contre, et finalement j'accepte la péri, je sais que je dormirai et donc retrouverai mes forces... j'aurai pas besoin de forceps, j'arriverai à pousser comme il faut..
Je reste sur le côté gauche, mon mari se remet en face de moi, sur la chaise... je lui tiens la main.. et là je sens une contraction... très TRES forte... j'arrive plu à visualiser, je ne fais que sortir le son, qui au passage est difficile à faire... bref, je maîtrise à moitié....
Une fois fini, j'ai envie de pousser..
"vite, appuie sur le bouton, j'ai envie de pousser !!"
la sage femme arrive de suite :
"j'ai envie de pousser !!"
"allez y, moi aussi je veux le voir !!!"
Elle se met en place, et refait le truc avec ses doigts... je me dis que là c'est ma dernière chance, je donne tout...
"ça avance très doucement.... vous avez encore envie ?"
"non..."
Je comprend rien, je suis déçue....
Elle me dit qu'il est bientôt 8h, et qu'elle fini sa garde... elle me dit que si j'ai envie de pousser, c'est pas la peine, l'anesthésiste va venir. Elle repart...

Je commence à me rendormir.... plus de contractions... mais l'envie de pousser me réveille... on mari est à mes côté, je lui dis, il me répond :
"ben vas y pousse, on s'en fou de ce qu'elle a dit !"
Je pousse, comme je peux.. je le sens pas avancer... je suis dégoutée... la péridurale devient pour moi la seule issue, meilleure que les forceps... pitié, il me la faut, j'ai pas la force de me tenir debout, ni même assise...

La sage femme revient, elle me dit aurevoir, et que sa collègue va prendre la relève... elle aurait voulu voir mon fils, moi aussi, je me rend compte qu'il est 8 heures, et il y a du retard...



08h00- 10h00 : Le pilote a quitté l'avion en plein vol


Les minutes semblent des heures, une autre contraction... je gère même plus, j'ai plus la force, alors un son rond sort, mais franchement c'était à la limite d'un cri de douleur... mon corps est lourd, vidé.... mon mari somnole, moi pareil.. on dirait un tableau de film d'horreur... !

J'attend, j'en peux plus, je sonne.... personne.... 05 bonnes minutes avant que la nouvelle sage femme fasse son entrée :

"bonjour, pourquoi vous avez sonnez ?"
"pour que quelqu'un vienne !"
"mais j'allais venir, il y avait pas besoin.."
Ok, la gentille Alison, là elle est dans le couloir, de suite j'ai eu envie de la tarter ! Celle là, elle me plait pas, elle est toute pimpante, toute jeunette genre elle a 23 ans maxi donc pas de gosses vu sa silhouette et comment elle me regarde de haut, je me demande même si elle a vu mon dossier... bla bla bla...
Oui, c'est pas glorieux, je me suis litérallement défoulé sur elle en pensée, bref, aucuns feeling, ça m'a encore plus dégoutée de la maternité, de ce système où on sait pas sur qui on va tomber....

"L'anesthésite va arriver, il vous faut mettre la blouse, je vais vous préparer..."
Elle fait sortir mon mari.
Et c'est parti.. là mon accouchement maîtrisé, j'ai l'impression qu'il est au couloir aussi... La blouse enfilée, je me suis senti en prison. Elle me met la charlotte. En position, elle allume les lumières en grand et elle attend avec moi. J'ai pas décroché un mot, j'ai l'impression d'être un zombi...
Monsieur arrive, avec une jeunette qui est là pour la déco (elle n'a rien fait du tout, même pas poussé le chariot, c'est lui qui l'a fait !)
Il sort un truc qui était cencé faire rire, tout le monde à rit sauf moi, d'ailleurs je sais même plus ce que c'était.. du coup j'ai souri 'Alison, t'es à côté de la plaque total !'
'Vu sa tête, c'est celui qui a pris la relève, il est tout frais... l'autre me l'aurait pas fait, c'est pour ça que ça a été aussi long à avoir, l'autre sage femme a joué sur le timming, pour que j'ai la péri... merci, vraiment merci !'
"Allez, faites le dos rond"
je sens mon fils dans le vagin... j'ai peur de lui faire mal en arrondisant trop.. j'essaye quand même, mais j'arrive pas..
"ha..... c'est pas bon, faut arrondir plus.."
"je peux pas plus, je suis au maxi.."
"bon on va tenter quand même....ha.... c'est pas beaucoup.."
Et je l'entend faire des réflexions sur mon dos, genre comment à mon précédent accouchement ils ont fait pour me la faire, bla bla bla... pourquoi mon mari il est pas là ?? il lui aurait foutu son poing dans la tronche !! Alison, zen.... j'ai soufflé, on arrête cette violence, concentre toi..
"allez j'y vais.."
Je ferme les yeux, je sens l'aiguille rentrer.. et là reflexe : je redresse le dos !
MALHEUR
"ha non, dressez pas votre dos !!!!!! ha..."
"désolé, reflexe..." j'étais la première surprise ! pourquoi tu fais ça mon dos ? bref...
J'entends parler à voix basse, quelques mots s'échappent : "l'aiguille est juste tordue.. "
La sage femme se met en fasse de moi, me tiens les bras :
"avancez vers moi, restez comme ça, voilà..."
L'anesthésiste re-essaye.... ça marche pas, il change d'aiguille...
"allez, restez bien comme ça hein ?" je sens une petite brise de peur dans l'atmosphère....
Il fait la piqure, heureusement la sage femme me tenait les bras, le reflexe revenait !
" c'est vraiment limite... allez c'est bon !"
piqûre faite... sensation horrible : de l'electricité parcours mes jambes !!
"aïe..."
"bougez pas, ça va passer.. !"
Et là je comprend plus rien ... pourquoi ça m'a fait ça ? ça a raté ? Il a touché un nerf ?
(A ce jour je n'ai toujours eu aucunes explications.... il va me falloir demander le dossier à la maternité.)

C'est fini, il papote un peu, tout le monde est soulagé, la vilaine brise est partie..
Ils s'en vont, et la sage femme me met les perfs, m'allonge sur le dos, me met un boudin sous les genoux, me met le monitoring... me couvre avec un drap..
"voilà, tout est bon !" avec un air béat...
'elle avait raison la sage femme de la prépa, elle ne doit savoir pratiquer les accouchements que de cette façon... la pauvre... elle en rate des choses, il va être comment son accouchement à elle ?'
Elle baisse la lumière et s'en va.
Mon mari rentre... j'esquise un sourire, lui aussi... il s'allonge à terre.


Je lutte, aussi longtemps que je le peux... 
mes yeux se ferment... 
 .......
....je quitte l'avion.



Je me reveille, regarde de suite le monito pour savoir les battements de coeur de mon fils... 56... 
'Mon pauvre chéri, forcément tu faibli, ta maman t'as abandonné...' Le découragement me frappe de plein fouet, 'à quoi bon continuer, ton accouchement naturel est foutu, t'as eu la péri...' je succombe et me rendors...

Mes yeux s'ouvrent... je lutte..., je regarde sur ma gauche, monito pareil que tout à l'heure, mon mari réveillé :
"il est à 56 !"
"oui...."
Il me regarde, avec un air inquiet.
Allez Alison, on s'en fout que t'ai eu la péri, reviens !!!! REVIENS !!!!! 
Je décide de revenir, en voyant le moment avec la sage femme qui disait "si c'est pas vous, qui sera là pour le bébé.. qui se sera ?" 
Je pose ma main sur mon ventre, et visualise la première rencontre, quand il sort à peine et est posé sur mon ventre... 'Maman est revenu mon fils, allez on y va, prend courage !' Son coeur remonte, timidement, mais il retrouve un rythme normal...



10h00-10h04 : mon fils, je t'aime !

La sage femme arrive, elle vas directement au monitoring....
"Il en a un peu marre ce bébé, il est temps d'y aller !"
"OUI..."
"Le docteur Céré était déjà passée mais vous dormiez... je vais l'appeler, mais d'abord on va pousser un peu, qu'elle soit là juste pour le réceptionner.." 
Elle enlève le drap, me met les jambes dans les étriers... je les sens à peine, on dirait du coton... c'est horrible... elle met sa main dans mon vagin, prend la tête de mon fils et le tourne pour qu'il soit dans la bonne direction. J'ai tout senti, mais aucunes douleurs, et là je me suis pensé : 'on m'aurait fait ça sans péri.. !!?? non, je n'ose pas imaginer... mais d'un côté, peut être bien que j'aurai géré la douleur avec le chant aussi... bref...'
Je me sens sereine malgré tout, je sais que je vais pousser très bien, que tout se passera bien.
Mon mari se positionne derrière le lit.

"Allez y quand vous voulez.."
J'inspire jusqu'à 4, et je commence à bloquer, je pousse en même temps... 'doucement, n'y va pas trop fort, voilà comme ça... continue, prend ton temps... voilà....'
"OUi, très bien...!! "
J'ai fini ma première respiration, j'enchaîne directement la suivante... pareil, mon corps me guide... il me fait sentir le rythme à prendre, sachant que je ne sens vraiment rien, et encore moins où je pousse...
"Très bien, on arrête là, les cheveux sont à la sortie ! J'appelle le docteur Céré pour qu'elle vienne, je lui dis que vous poussez très bien  !"
Elle sort... 

J'halucine, je ne comprend pas ce que je viens de vivre.... j'en ai vu et entendu des choses sur la péri, comme quoi : 
- on pousse moins efficacement, 
- la péri augmente le risque de forceps ou autre... 
- elle inhibe les sensations du corps pour la poussée (savoir quand et comment pousser..) 
Tout ça  est faux pour moi, ce n'est donc pas une fatalité....

La sage femme rentre, se met à ma droite :
" C'est bon, elle arrive.. me faites pas mentir hein !?" avec un petit sourire.
Ma gynéco rentre :
"Bonjour madame !!" avec un grand sourire . Franchement, ça m'a fait plaisir !
"Oula, mais on voit ses cheveux !!"
Elle fini de mettre les gants, sa colerette et hop, en position !
"Vous pouvez y aller !"
Je fais comme les fois précedantes... 
"oui, très bien, vous le sentez ?"
Je fais non de la tête... j'ai fini ma respiration, et au moment d'enchaîner la suivante..
"Attendez.... voilà.. ha mais non, il n'y a pas besoin d'une autre, les épaules sont passées !"
'ça y est ???? il est sorti ?? c'est fini, déjà ??? (oui enfin, façon de parler, vu toutes les heures que j'ai eu !! haha !)'
"Vous voulez le prendre ?"
"OUI...!!"
"Ben ouvrez les yeux !"
Hahaha !! Et oui, toujours en concentration !

J'ouvre les yeux, lâche mes jambes et tend mes bras vers mon fils, je le prend et le pose sur mon ventre.....

Je t'aime mon fils !





Conclusion :

Je n'ai eu ni points ni épisiotomie.

J'ai eu la péridurale uniquement parce que tous les moyens naturels utilisés ne faisait pas sortir mon fils : j'ai donc choisi cette méthode pour dormir afin de prendre des forces pour pousser !

J'ai eu un accouchement long, mais d'une sérénité que je n'ai jamais ressenti dans ma vie plus tôt, ni même après à ce jour.

Mon amour pour mon mari à grandi d'une façon inimaginable, et maintenant je sais que sans lui je ne pourrai progresser.

J'ai utilisé des outils pour maîtriser la durée et la douleur des contractions : j'ai appris par cette expérience que chaque femme a du pouvoir sur les douleurs de l'enfantement, tout comme le Christ a du pouvoir sur la mort.



2 commentaires:

  1. J'en ai pleuré! Mes accouchements ne se sont pas passés de la sorte. Ils étaient plus "classiques" et assez rapides par rapport à celui-là. Je crois qu'il va falloir que je lise ton blog plus en profondeur pour comprendre les aides pendant les contractions parce que "AIE!" ça fait un mal de chien ces µ#[ù%$* de contractions! Et oui, avec la péridurale, on peut sentir quand on pousse. Il faut juste que la dose ne soit pas trop forte (ce fut le cas pour mon deuxième accouchement mais c'est un peu moi la fautive...)Je ne connaissais pas toutes les aides dont tu as parlé et je crois que mon mari aurait demandé le divorce (je blague) si j'avais accouché au naturel: j'aurais fait sortir un côté pas très divin de moi si tu vois ce que je veux dire... La douleur des contractions déclenchée est horrible!
    Je vais vite continuer à lire d'autres articles de ton blog et le partager avec des amies qui doivent bientôt accoucher. bisous, à plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le côté femme des cavernes !! lol
      Tu as raison de partager le blog, il est là pour ça :)
      Je peux te résumer comment gérer les contractions : être en mouvement, utiliser la visualisation : on pourra s'aider d'une musique douce et d'odeurs, sortir un son grave : chanter ses contractions - son corps - sentir les vibrations de la note ...
      Bonne lecture ! Bisous

      Supprimer