Accéder au contenu principal

La péridurale

             L'ultime...
...tentation


                                                     


  De nos jours, cet acte médical est très largement utilisé lors de l'accouchement, les raisons sont simples : 

       - peur d'avoir trop mal (donc référence à la vieille et vilaine croyance : un accouchement se déroule forcément dans la souffrance, le sang et un danger imminent de mort)
      - lourde incitation du personnel médical, même si l'accouchement se passe à merveille : "prenez la péridurale, on sait jamais, et puis après il sera trop tard !"
       - seul moyen connu par la future maman pour soulager la douleur, donc forcément elle le prend (tout à fait normal, on est pas maso non plus !)
       - accouchement qui se déroule mal : bien sûre là on dit merci au monsieur qui l'a inventé, grâce à elle, on fait maintenant des césarienne où la maman est consciente, plus besoin de l'anesthésie générale !
         - souvent, les sages femmes ne savent pratiquer les accouchements que comme ça... (ça c'est ma sage femme de la prépa qui me l'a dit, et je confirme vu l'air béat de celle qui m'a assisté pour accoucher : quand on venait de me faire l'injection, et qu'elle m'a mis en position allongé sur le dos, jambes surélevé par un boudin sous les genoux, et un drap pour me couvrir... "voilà, tout est bon" qu'elle avait dit, ben pour moi c'est pas comme ça qu'on accouche...)

        La péridurale est souvent, hélas à tort, perçue comme une banalité de l'accouchement. N'oubliez pas que c'est un acte médical qui est loin d'être anodin.
Lors de votre dernier mois de grossesse, vous prenez rendez-vous avec l'anesthésiste de la maternité où vous avez choisi d'accoucher, rendez-vous OBLIGATOIRE, que vous soyez pour ou contre la péridurale.
Ce rendez vous est censé vous expliquer tous les risques liés à cette intervention, et l'anesthésiste regarde votre dos pour voir s'il est apte à recevoir la piqûre, et vous met en position de la recevoir : assis sur le lit, dos bien rond..
    Je n'ai jamais vu à quoi ressemble cet engin, et je ne veux pas le savoir ! Je sais que c'est une grooossssseeee aiguille, et ça me suffit !




Il faut dire que cette péridurale est présentée d'une manière tellement attrayante qu'il est difficile d'oser accoucher sans...





Voici comment je l'ai vécu

1er accouchement :

      La poche des eaux s'était fissurée, assez pour me faire savoir que l'accouchement était imminent, pas assez pour le déclencher naturellement... on me l'a donc déclencher chimiquement, et le col ne se dilatant pas assez vite au goût de la sage femme qui était présente, elle me proposa la péridurale en me disant "ça va l'aider à se dilater, c'est sûre" . J'ai dit oui, avec les larmes aux yeux, mais bon...
On m'a mise en position, j'étais très concentrée.. je n'ai pas sentie l'aiguille, mais ai entendu un "clic" et j'ai de suite pensée : elle (c'était une anesthésiste) me casse ma colonne !!
Et 2 secondes après, j'ai senti le liquide me brûler toutes les veines de mon côté droit inférieur (bas du dos et jambe).
Je l'ai dit, et voici sa réponse :
"ha mais c'est normal, ne vous inquiétez pas"  
Et là une envie de crier : Pourquoi on me l'a pas dis lors du rendez vous ?? (pour anecdote, c'était sur elle en plus que j'étais tombée..)
Vu que la péri n'avait pas fait l'effet tans attendu, et que ma fille n'arrêtait pas de remonter et son coeur avait eu un ralentissement... césarienne en urgence.
On m'a donc mise sur la table : une croix (en la voyant j'ai pensé : elles vont me faire comme Jésus..) et là on me fait l'injection de péri au bras, pour la césarienne... pareil, le liquide m'a brûlé tout le bras droit... bref, c'est ce qui m'a fait le plus mal dans toute l'histoire de mon premier accouchement...

Post accouchement :
        - Un hématome à l'endroit de la piqûre, qui a mis bien 15 jours pour partir.
    - Une sensation de colonne fragilisée à l'endroit de la piqûre pendant les 2 mois qui suivirent l'accouchement.


2 ème accouchement :

        Bon, j'ai eu un travail long... tellement que plusieurs fois l'idée d'y avoir recourt m'a envahi la tête "fait la péri, tu vois bien que c'est long, et tu sais que tu n'es pas endurante... tu n'y arrivera pas... tu es fatiguée, fait la péri..." Voilà, pour moi ça a été une réelle tentation, et il a fallu puiser au fond de moi des forces insoupçonnables pour ne pas y succomber, pour avoir confiance en mes capacités et me donner les moyens de vivre mon accouchement le plus naturellement possible...
Comme vous le savez j'ai eu une césarienne pour mon premier accouchement, ce qui fait toute la différence pour l'équipe médicale, c'est ce que m'avait dit la sage femme de la prépa : " ils voudrons vous coller la péri par peur qu'une autre césa soit nécessaire  ; il vous faudra donc retarder la péri au maximum..."
        J'ai fait le pré-travail dans ma chambre de maternité (c'était juste parfait !! J'ai adoré, je me sentais comme d'accoucher à la maison !) et puis il arrive un moment où il faut aller en salle d'accouchement, et donc là la sage femme qui me suivait m'a laissé à sa collègue, qui en me voyant à de suite dit : "vous voulez la péri ?"..... Elle me l'a demandé je ne sais plus combien de fois, pourtant elle assistait à ma maîtrise des contractions, elle voyait que ça ne me faisait pas un mal de chien, (c'était à se demander même si j'avais mal !), et qu'accoucher naturellement ne me faisait pas peur et que je m'y étais bien préparée... voici son excuse de me le demander constamment :
"parce qu'au bout d'un moment vous ne pourrez plus la faire, il sera trop tard !"
       Bref, pendant les contractions je sens mon fils bouger et descendre, je lui dis, elle me répond que la poche des eaux l'empêche de sortir, il faudrait la percer... j'aurai voulu que ça se fasse naturellement mais bon, on était à 24h de travail, voilà quoi ! donc elle m'examine et là hop ! La poche se rompt d'elle même ! Et ben tans mieux... elle me dit donc qu'il est temps qu'il sorte, allez on pousse !!

C'est dans cette salle que j'ai accouché... souvenirs...
       J'ai été surprise par la douleur de la poussée mais surtout de ce que me faisait la sage femme : je sais pas exactement, mais elle avait ses doigts à l'entrée de mon vagin, et elle appuyait, j'ai crié "aïe !!" (seule fois que j'ai crié de douleur dans mon accouchement) elle a répondu :" c'est rien, ne vous occupez pas de ce que je fais"... haha... la bonne blague ! Bref je pousse... ça marche pas, on essaye sur le dos (j'étais sur le côté) toujours rien, enfin, ça n'avance pas ! J'ai tout essayé... (une idée m'est venue d'essayer le truc bizarre en face : la chaise avec une écharpe suspendu, mais j'avais essayé à croupi en m'appuyant sur le ballon, et je n'avais plus de forces dans mes jambes...pour moi c'était donc logique que j'y arriverai pas non plus là dessus.. maintenant en y repensant, je sais que j'aurai pu y arriver, mais sur le coup je n'avais pas cette certitude, vu que je ne connaissais pas ce truc !)
Je n'y arrivais pas, plus de force du tout.. et elle me dit : "il faudrait une péridurale, et si malgré ça ça vient pas, on prendra les forceps, mais vous inquiétez pas, vous sentirez rien" et le bébé alors ? Voilà ce que j'ai pensé...
        J'étais à 8, poche des eaux rompue, bébé engagé et sa tête dans le vagin... et vous savez quoi ? J'ai eu la péridurale ! C'est pas sensé être trop tard là ?? Parce que je vois pas à quel moment ça peut être plus tard que la poussée pour l'avoir ! Normalement ça peut être juste avant, là c'était en plein dedans ! Je ne vais pas me plaindre, c'est juste pour que vous sachiez que finalement c'est possible, j'hallucine encore en y repensant... J'ai finalement succombé à la tentation de la péridurale, pour éviter les forceps ou autre méthode pour sortir mon fils..


Post accouchement :
    - Une sensation de colonne fragilisée à l'endroit de la piqûre pendant les 2 mois qui suivirent l'accouchement, beaucoup plus intense que la première fois.



  Ce que la péridurale m'a appris :

      Les deux fois où je l'ai eu, je me suis endormie. Pendant mon sommeil, le coeur du bébé a ralenti.
Je suis persuadée qu'il y a un lien, et que ce lien c'est le domaine émotionnel du bébé... je pense que le bébé s'est senti abandonné car dans le sommeil, on ne pense plus à l'accouchement, on ne pense plus à lui, aux douleurs de l'enfantement... on quitte l'avion en plein vol, laissant le copilote tout seul, livré à lui même... 
J'imagine que ce doit être très dur à vivre de voir que la seule personne à nous aider nous laisse seul, il doit ressentir ce qu'on ressent la première fois qu'une histoire d'amour prend fin : plus envie de vivre. La motivation lui manque, il faibli.. son coeur aussi par la même occasion.


       Vous êtes libres d'accoucher comme vous l'entendez, mais n'oubliez pas que quoi qu'il arrive, votre bébé aura besoin de sa maman. Vous serez la seule personne qui pourra l'aider dans cette belle aventure, celle de la vie : la sienne ! A vous de bien peser le pour et le contre de chaque choix que vous voulez faire pour ce grand jour, il vous fait confiance... ne doutez pas de vos capacités, ni des siennes !

                                                                                                       



Voici ce que je viens de trouver, très intéressant !


ce que pensent certains ostéopathes des effets après péridurale




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Monsieur le périnée, bonjour !

Et oui, le FAMEUX massage du périnée ! (à pratiquer le dernier mois  de grossesse, ça ne sert à rien de le faire avant, cela pourrait même être néfaste car le périnée risquerait d'être trop musclé !)





C'est là que j'ai fais la connaissance de Monsieur, qui restait un grand inconnu durant toutes ces années..

               J'avoue qu'au début, en voyant ces images : "ha mais ça va pas !! jamais je me ferais ça, les positions d'assouplissement shiatsu et l'aquagym ça suffit amplement ! non mais !"

Et puis, une envie irrésistible d'essayer, comme si mon corps me disait : ce serait bête de pas essayer, si à cause de ça t'as une épisiotomie... 

Et comme disait ma sage femme : "c'est par là que passera le bébé, périnée massé ou pas, votre bébé se posera pas la question... il sortira !" et aussi "celles qui veulent surtout pas toucher cette zone, il faut pas oublier que c'est par là que sort le bébé.."
         …

Le monitoring

   Pour moi c'était l'ennemi  


d'un accouchement serein, puis j'ai réussi  à m'en faire...



un ami.





Monitoring :           "Appareil de mesure permettant de surveiller le bon déroulement de l’accouchement. Après votre arrivée à la maternité, deux capteurs sont posés sur votre ventre. Le premier (par pression) permet d’enregistrer les contractions, le second (à ultrasons) surveille les battements du cœur de votre bébé. La comparaison des deux courbes, qui sortent sur papier à côté de vous, permet d’évaluer le comportement in utero de votre enfant et l’évolution du travail." Source : www.sante.planet.fr

Voici une vidéo que je viens de trouver, qui résume bien et permet de vraiment voir à quoi ça ressemble dans la pratique : présentation
Voici ce qu'on y apprend :
- il y a 2  capteurs qu'on vous attache fermement sur le ventre.... (oui parce qu'une fois enlevé ça vous laisse une belle marque..) il reste plus trop de place pour communiquer par l…

Shiatsu

Le Shiatsu (terme japonais signifiant pression des doigts) est une discipline énergétique de détente pratiquée depuis des millénaires en Extrême-Orient qui consiste en des étirements et des pressionsappliquées  sur l'ensemble du corps.



source : fédération française de shiatsu traditionnel
Je suis tombé sur le shiatsu je ne sais plus comment, sur le site "fémininbio", qui montrait des positions d'étirements pour femme enceinte ! Alors forcément j'y ai jeté plus d'un oeil... et j'y ai retenue celles ci : La marche en crabe pour ouvrir le diaphragme de la femme enceinte
Cette posture permet d'étirer les flans et les muscles dorsaux, et d’ouvrir le diaphragme. Elle assouplit les hanches et diminue les tensions du dos. Elle donne également plus d’espace au bébé.


Position pour assouplir le périnée de la femme enceinte
(j'étais toujours dans cette position : pour vider le lave vaisselle, ramasser quelque chose à terre.. J'y restais quelques instant…